Aller au contenu
Rafaledecom Home » De salariée à entrepreneure, en passant par la couveuse.

De salariée à entrepreneure, en passant par la couveuse.

Illustre la couveuse-une personne en aide une autre pour gravir la montagne

Cela fait maintenant un mois que je me suis lancée dans l'entrepreneuriat. Je suis ainsi consultante communication et gestion de projets avec Rafale de com’. Beaucoup de stress, de remise en question, (j’ai appris l’existence du syndrome de l’imposteur) mais je ne regrette absolument rien. Je vais vous expliquer dans cet article pourquoi j’ai choisi de me mettre à mon compte, comment  je me suis lancée et pourquoi j’ai choisi d’intégrer une couveuse. J’espère que cela vous sera utile et pourra vous aiguiller si vous aussi souhaitez prendre votre envol.

Pourquoi l’entrepreneuriat ?

L’idée de me mettre à mon compte occupe mes pensées depuis quelques années déjà.  Au départ, je m’étais imaginée faire quelques prestations en complément de mon activité principale. Cependant, mon parcours en a décidé autrement. J’ai ainsi pris mon courage à deux mains et j’ai fait le grand saut : celui de l’entrepreneuriat !

Comme une grande majorité de personnes, j’ai commencé mon activité en entreprise : 5 ans d’expérience en tant que salariée dont 2 en contrat de professionnalisation.

Être salarié a de nombreux avantages : salaire fixe, congés / RTT, collègues bienveillants et agréables (en tout cas sur ce point je n’ai eu que de bonnes expériences !), peu d’administratif, la sécurité de l’emploi, l’opportunité d’avoir un cdi etc… Bref, en tant que salarié, notre première préoccupation est de rester concentrer sur nos missions principales.

Seulement voilà, salarié c’est aussi avoir des contraintes qu’il faut être en mesure de respecter. En général des heures (ou créneaux horaires) fixes, des comptes à rendre à ses responsables, des ordres qu’il faut exécuter… (même si cela n’a pas de sens pour nous… J’extrapole un peu, ce n’est pas comme ça dans toutes les entreprises : heureusement !).

Quoiqu’il en soit, 2022 est l’année du changement !

J’ai choisi l’entrepreneuriat pour plusieurs raisons :

La liberté :

  • Liberté de choisir son contenu, ses messages, la façon dont on s’adresse à notre cible.
  • Liberté horaire : je fais mon emploi du temps selon mes contraintes et envies. Si je ne peux pas travailler le matin pour x ou y raisons, je peux décaler mes horaires comme je le souhaite.
  • Liberté de travailler depuis le lieu de mon choix : l’avantage dans mon métier c’est qu’il me suffit d’un ordinateur, d’une connexion internet et de mon téléphone pour vous aider à propulser votre communication ! Je peux donc préparer vos stratégies depuis mon jardin, à la plage, dans mon bureau : tous les espaces qui m’inspirent selon le mood du jour 😉

Le besoin de donner du sens à mon travail :

Pour ma part, la volonté d’être entrepreneur découle de l’envie d’accompagner mes clients dans leurs projets, les conseiller au mieux, partager mes connaissances et compétences en communication et instaurer une relation de confiance avec eux. Être entrepreneur demande de la polyvalence et j’aime être sur tous les fronts (si je pouvais faire un vœu, je choisirais d’avoir le don d’ubiquité !).  Je trouve en effet, que devoir gérer son business de A à Z est hyper motivant. Je ne me cantonne pas à mes tâches habituelles : je dois à la fois être communicante, commerciale, comptable et cheffe d’entreprise et c’est génial !

La richesse intellectuelle et humaine que procurent l’entrepreneuriat :

En tant que consultante je me dois d’être en veille constante sur l’actualité et les tendances de mon secteur. De fait, j’acquière des connaissances et compétences tous les jours ou presque ! Je participe à des masterclass et des conférences en ligne, me rend sur des salons professionnels etc…

Cette richesse je la retrouve également de par la diversité de mes clients et des projets. En effet, pour construire une stratégie, il est primordial d’effectuer une veille : sur mon client, son marché, ses concurrents, ses cibles… cela permet de découvrir des univers parfois complétement différents du mien et ainsi de développer mon savoir.

L’entrepreneuriat : un exercice de style :

L’entrepreneuriat c’est aussi le dépassement de soi. Je suis quelqu’un d’assez introvertie : je suis plus à l’écoute des autres que dans l’exposition de mes projets ou de ma vie... Sauf qu’en choisissant l’entrepreneuriat je n’ai pas d’autres choix que de le faire… et finalement c’est super ! J’apprends à parler de mon activité, de ce que j’aime faire ou non, à me vendre, j’apprends aussi à m’affirmer et à me faire confiance. Bref, pour moi l’entrepreneuriat c’est prendre des risques, sortir de ma zone de confort et c’est une expérience unique !

Le choix de la couveuse avant le statut de micro-entrepreneur.

La couveuse est une structure qui nous accompagne dans la mise en place de notre projet, le temps de tester le métier d’entrepreneur et son activité.

Lorsque j’ai pris l’initiative de me lancer, j’ai commencé par solliciter un rendez-vous avec ma conseillère pôle emploi. L’objectif étant de savoir comment allier ma formation (puisque j’ai par ailleurs repris un MBA marketing et communication) à ma création d’entreprise. Quelles sont les aides disponibles ? Pourrais-je percevoir mes allocations chômage le temps de pouvoir me dégager des revenus raisonnables ? etc…

Elle m’a préconisé de me rapprocher de la BGE Picardie, qui est l’un des partenaires de pôle emploi et qui accompagne les futurs entrepreneurs dans leurs démarches : rédaction du business plan, accompagnement, conseils, ateliers selon les besoins…

Je me suis donc rendue à l’atelier « structurer mon projet de création d’entreprise » organisé par la BGE, au cours duquel j’ai eu de nombreuses informations sur les différents statuts possibles ainsi que sur la couveuse.

Intéressée par ce concept, j’ai participé à une réunion d’information dédiée à la couveuse. Après réflexion j’ai constitué mon business plan, mon dossier et je suis passée devant un jury d’intégration pour faire partie de la BGE en tant que « couvée ». Je bénéficie ainsi d’un Contrat CAPE (contrat d’appui au projet d’entreprise) et ce statut me donne plusieurs avantages…

Les avantages de la couveuse :

Un hébergement juridique : La raison d’être de la couveuse est de laisser l’opportunité à ses membres de pouvoir tester leur activité sans avoir de statut juridique. Aujourd’hui, et jusqu’au 30 septembre 2022,  je ne suis pas micro-entrepreneur (nouveau nom de l’auto-entreprise) mais « couvée ». Autrement dit, je ne possède pas de numéro de Siret, j’utilise celui du C2ER (nom de la couveuse BGE).

100% de mes allocations chômage perçues : Le chiffre d’affaires que je réalise durant cette période est déposé sur le compte de la couveuse et me sera reversé à la fin de mon contrat. C’est pourquoi je peux toucher l’intégralité de mes allocations chômage d’aide au retour à l’emploi (ARE). De plus, cela facilite mes déclarations de situation au pôle emploi.  A la fin de mon contrat, la couveuse me reverse le chiffre d’affaires réalisé et prend 10% à titre de frais de gestion. Pour rappel, en micro-entreprise, l’URSAFF prend 11% du chiffre d’affaires la première année puis 22% les autres années (pour la prestation de services).

Des formations adaptées à mes besoins : la BGE met en place des ateliers à disposition des couvés. J’ai ainsi pu participer à un atelier sur l’argumentaire commerciale, sur l’utilisation du logiciel de comptabilité Evolbee et prochainement :  « Faire appel aux influenceurs pour booster sa communication ».

Un accompagnement personnalisé : lorsque j’ai un doute, je sollicite l’aide de mon accompagnatrice qui me conseille et m’apporte son expertise sur des points clés de l’entrepreneuriat.

Un outil pour développer son réseau : la BGE met à disposition une plateforme sur laquelle on peut faire connaitre notre activité auprès des autres couvés de la région. La BGE va également remettre en place des afterworks, qui avaient été contraints de cesser à cause de la covid-19.

Une gestion comptable pour les déclarations :  en tant que couvée je ne m’occupe que des devis et factures, la couveuse s’occupe du reste. C’est appréciable dans la mesure où ça me permet de rester concentrer uniquement sur mon activité.

Plus d’informations sur la couveuse BGE : https://www.couveuse.net/

Prenez votre envol et osez l'entrepreneuriat !

Si l’aventure de l’entrepreneuriat vous tente, je n’ai qu’un conseil : lancez-vous ! C’est une belle expérience, qui vous apportera beaucoup : tant au niveau personnel que professionnel. Bien évidemment, avant de prendre son envol, il convient d’analyser le marché, les concurrents, les risques potentiels et de bien réfléchir à la façon dont vous allez structurer votre projet. Ces éléments doivent être rassemblés dans votre business plan. Je sais, c’est long, fastidieux mais nécessaire. Commencez par cette étape et faites ensuite appel à Rafale de com’ pour propulser votre communication ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *